Coördinaten 188

Geüpload 4 november 2018

-
-
143 m
89 m
0
2,3
4,6
9,18 km

101 maal bekeken, 4 maal gedownload

nabij Jauche, Wallonia (Belgique)

Départ sur la Grand Place de Jauche (angle avec rue de la Cure). Parking nombreux et gratuits.

Très jolie balade dans le vieux village et dans toute la campagne environnante. Passage par une étrange chapelle oubliée, un ravel, le site des grottes de Fox les Caves.
Durant l’Ancien Régime, la localité, située à un endroit stratégique à l’extrémité du BRABANT, en bordure du comté de NAMUR et de la principauté de LIÈGE, était le siège d’une des plus puissantes familles seigneuriales de la région. En témoigne un beau patrimoine bâti datant des 17e et 18e siècles, à commencer par le château, dont une aile conservée domine la GRAND-PLACE (N°18). Ce monument classé ne représente qu’une toute petite partie de l’ensemble des bâtiments qui composait le complexe castral et s’étendait jusqu’à la PETITE GETTE. Il formait initialement le porche d’entrée du château situé en contrebas ; deux tours surmontées de belles toitures à bulbe et un majestueux portail baroque le rendaient encore plus imposant (17e siècle). Au 18e siècle, le porche a été rehaussé d’un étage pour devenir un logis. Quant à la grange seigneuriale, située à droite du porche, elle a été remplacée par une série de trois habitations au 19e siècle, autre période marquante de l’histoire de la localité
A côté du château, l’église SaintMartin, de style classique , a été édifiée entre 1763 et 1766. A l’intérieur, les fonts baptismaux en pierre bleue sont particulièrement anciens (datés 1571). Admirez le remarquable antependium (terme derivé du latin, désignant les décorations qui pendent devant l’autel). Avant de quitter la GRANDPLACE, remarquez encore au N°4 l’ancienne école communale, devenue un café. Millésimée 1863, elle affiche un style élégant, très éclectique
L’ancien presbytère (RUE DE LA CURE, 22) est un édifice tout à fait remarquable. De même que le château, il témoigne de l’importance du village au 18e siècle. L’ensemble clos de murs est ouvert par un porche-colombier , partie classée qui est coiffée comme les tours du château mais à une échelle plus modeste d’une toiture à petit bulbe. Le logis reprend le schéma du logis brabançon traditionnel : un seul niveau, percé de 4 fenêtres et d’une porte centrale, surmontée d’une lucarne passante . Son ampleur et les éléments décoratifs qui ornent sa façade sont par contre inhabituels
Face au presbytère, une ancienne ferme en quadrilatère du 18e siècle marque l’angle de la RUE DE LA POSTE (N°2-4). Le porche élégant est couvert d’une toiture d’ardoise, matériau plus noble que la tuile et réservé aux bâtiments plus prestigieux. Le logis est également de type brabançon traditionnel , bas et dessiné suivant l’axe central formé par la porte et la lucarne au-dessus de celle-ci ; il est millésimé 1757
La maison du N°12 (RUE DE LA VALLÉE), située à proximité du cours de la PETITE GETTE, abritait ainsi une tannerie
Faut bien la chercher pour la trouver ! La végétation a démoli l'entrée, et il faut se frayer un passage jusqu'à la chapelle. A l'intérieur, un peu sinistre...
On rejoint une route qui, dans le sens opposé, mène au centre de Hemptine. Cet ancien sanatorium, établissement spécialisé dans le traitement de la tuberculose, a été construit dans les années 30. Il accueille aujourd'hui des personnes mentalement déficientes. La promenade traverse la propriété du Centre
Petit tronçon le long de la grand route.
On se trouve à 140 mètres au dessus du niveau de la mer. En face de vous, la vue est dégagée vers AUTRE-EGLISE et FOLX-LES-CAVES
une chavée , chemin creux typique constituant une beau corridor écologique
On traverse l’ancienne ligne de chemin de fer, qui reliait LANDEN À TAMINES, devenue maintenu un joli ravel. Bancs imitant des banquettes de train, et possibilité de pic nic.
L’entrée pour les visites se fait RUE AUGUSTE BACCUS (N°35), de l'autrte côté de la colinne. Visites uniquement possible sur rendez-vous. Mais de ce côté, on voit la sortie des mêmes grottes, non accessibles toutefois.. On ignore l’origine précise de ces grottes artificielles. Creusées par l’homme comme en témoignent leurs parois couvertes de coups de pics, elles s’étendent sur plusieurs hectares, en une suite de galeries et petites salles voûtées reposant sur de gros piliers. Il est possible qu’elles aient été exploitées comme carrières de marne, mélange naturel de calcaire et d’argile qu’on répandait sur les terres agricoles pour les fertiliser. A la fin du 19 e siècle, les grottes devinrent une champignonnière, exploitée de père en fils jusqu’en 1975. Une tradition que perpétue la confrérie des champignons de Folx-les-Caves . Ce vaste labyrinthe souterrain est source de nombreux récits et légendes. Si les grottes ont servi de remise pour le matériel agricole des villageois ou abrité la population pendant les guerres, elles furent également au 18 e siècle le refuge d’un brigand local, nommé Colon, qui utilisait ce dédale de couloirs pour échapper à la police. Les photos jointes viennent d'Internet car nous ne les avons pas visitées.

Commentaar